Face à l’ignoble, faire vivre le devoir de mémoire !

Le 18 décembre dernier, l’ouverture du Conseil municipal s’est faite par une déclaration unanime pour dénoncer les propos ignobles d’un ancien SS ayant participé au massacre d’Ascq.

Dans une interview, il déclare ainsi « n’avoir ni regret ni remords » et poursuit « quand j’arrête des gens alors j’en suis responsable. Et s’ils cherchent à s’enfuir, j’ai le droit de leur tirer dessus. S’ils avaient l’esprit tranquille alors pourquoi prenaient-ils la fuite ? ». Il poursuit par des propos négationnistes.

Face à cela, notre devoir est de rappeler les réalités historiques et notamment celle du massacre d’Ascq dans la nuit du 1er au 2 avril 1944 : 86 hommes âgés de 15 à 76 ans, raflés au cœur de la nuit et exécutés sommairement.

C’est pourquoi, nous manifestons notre soutien aux demandes adressées par le Maire à la Chancelière allemande, au Président de la Commission européenne et au Président de la République pour que, elle et ils dénoncent sans retard ni réserves de telles déclarations.

Si nous voulons que l’histoire ne bégaye pas, il nous faut rester intransigeants et mobilisés !

Victor BURETTE
Président du Groupe socialiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *