Archives pour la catégorie Communiqué

BAISSE DES CONTRATS AIDÉS : DES SERVICES PUBLICS DE PROXIMITÉ EN DANGER

Communiqué commun du Groupe socialiste et du Groupe EPVA

Brutalement et sans concertation, le Gouvernement a décidé de supprimer 166 000 contrats aidés dès 2017 (293 000 contrats programmés contre 459 000 signés en 2016). Dans notre seule Région, 20 000 emplois seraient menacés pour la seule année 2017 et le mouvement devrait s’accélérer en 2018.

Cette décision va dégrader fortement le fonctionnement des services publics de proximité et la cohésion au sein de nos quartiers.

Cumulée à l’aggravation de la baisse des dotations et la suppression de nombreux crédits de paiement, cette suppression est un nouveau coup dur pour les collectivités en général et pour Villeneuve d’Ascq en particulier.

Rappelons-le, ces emplois aidés remplissent de nombreuses missions de service public. Ils sont utiles au quotidien pour nos concitoyens.

 A Villeneuve d’Ascq, les contrats aidés représentent 79 postes tous dispositifs confondus CUI-CAE, Emploi d’Avenir, Adultes-relais.

A ce jour, 52 postes en CUI-CAE sont pourvus dans les écoles, 10 contrats emploi d’avenir pour l’entretien des espaces publics et 2 contrats adultes-relais dans nos Maisons de quartier. Si le Gouvernement se désengageait demain de tous ces contrats, le surcoût pour la ville serait au minimum de 694 776€.

En cette semaine de rentrée, c’est l’école qui va faire les frais de cette décision du Gouvernement et en plus ce seront les plus fragiles qui seront impactés. D’ores et déjà 52 contrats CUI-CAE de la ville qui occupent des missions de sécurité aux abords des écoles, d’entretien ou de restauration scolaire sont concernés.

Du côté de l’Education nationale, la suppression de 20 000 emplois aidés montre déjà ses effets. De qui s’agit-il ? De personnes qui accompagnent au quotidien dans leur scolarité des enfants porteurs de handicaps mais aussi des Assistant(e)s de Directeurs d’Ecoles (AAD) qui sont une aide précieuse pour assurer un support logistique ou des missions de secrétariat. A l’école Chopin, les deux assistantes viennent d’apprendre qu’elles ne seront pas remplacées d’ici quelques semaines.

La diminution drastique des contrats aidés est également un coup porté au secteur associatif, notamment les associations d’éducation populaire, sportives, culturelles ou caritatives qui, non seulement sont créatrices d’emplois, mais participent à l’animation, à la vitalité et à la cohésion des territoires. Le cas de la Bouquinerie du Sart qui a dû mettre fin à ses projets d’embauches ou de renouvellements de contrats est là pour nous le rappeler.

Enfin, est-il besoin de mentionner que derrière les chiffres, cette décision brutale est d’abord désastreuse pour les bénéficiaires eux-mêmes ? Est-il besoin de rappeler au Gouvernement que ces politiques d’emplois aidés permettent de sortir du chômage des milliers de personnes qui n’auraient pas pu trouver un emploi sans ces dispositifs ? Est-il besoin de rappeler qu’avec cette décision, ces personnes retomberont brutalement à Pole Emploi ?

Une étude de la DARES* de mars 2017, contredit le discours selon lequel il s’agirait de dispositifs inefficaces en soulignant que 6 mois après la fin de leur contrat « 67 % des personnes sorties d’un CUI-CAE étaient en emploi » dont « 71 % embauchés en CDI », et que « 74 % des anciens bénéficiaires trouvent que le contrat aidé leur a permis de se sentir utile et de reprendre confiance ».

C’est pourquoi, le Groupe EPVA et le Groupe socialiste du Conseil Municipal de Villeneuve d’Ascq demandent au Gouvernement de revenir sur sa décision brutale, injuste et dangereuse.

Il en va de la pérennité de nos services publics de proximité, de la survie de nombreuses associations et du « droit au retour à la vie active » de dizaines de milliers de travailleurs.

Victor Burette, Président du Groupe socialiste
Sylvain Estager, Président du Groupe EPVA

 

* DARES Analyses de mars 2017 : Les contrats aidés : quels objectifs, quel bilan http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2017-021v2.pdf

Financement de La Rose des Vents : la droite propose des coupes sombres pour la culture !

Baisser de 100 000€ la subvention allouée à la Rose des Vents, voilà donc la seule proposition précise et chiffrée que la droite villeneuvoise aura été capable de faire à l’occasion du dernier débat d’orientations budgétaire.

Une proposition synonyme de condamnation à l’heure où La Rose des Vents doit moderniser son équipement et conforter sa programmation culturelle si elle veut préserver sa labellisation de Scène nationale.

Avec cette annonce, la droite villeneuvoise nous confirme son manque d’ambition et de soutien au monde de la culture. Plus qu’un symbole, Madame Bariseau oublie que La Rose des Vents est un outil d’attractivité pour notre ville, d’ouverture culturelle et d’émancipation pour les nombreux écoliers villeneuvois qui la fréquentent.

Mais comment s’étonner d’une telle proposition avec un Département du Nord, qui, tout juste passé à droite, a supprimé 32000 € de subvention en 2015 et pourrait en 2016 revenir sur la totalité de sa subvention de 168 000€.

Pire, faut-il voir dans cette proposition, la volonté du nouvel Exécutif de la Région d’amorcer également un désengagement ?

Faire de la culture une variable d’ajustement budgétaire ne répond pas aux défis qui sont les nôtres à Villeneuve d’Ascq. C’est même compromettre notre identité et donc notre avenir.

Une chose est claire, nous partageons au moins un constat avec Madame Bariseau : « la gauche et la droite, ce n’est pas la même chose ».

Communiqué d’Audrey Linkenheld : Dimanche 13, je voterai pour la République

Il reste une chance infime d’empêcher Marine Le Pen de devenir Présidente de notre région. Il faut la saisir.

Je ferai dimanche mon devoir de citoyenne, en votant pour Xavier Bertrand, non pas par adhésion mais parce que quand l’essentiel est en jeu chacun doit prendre ses responsabilités.

Et l’essentiel, c’est de préserver notre République face au repli nationaliste et xénophobe. L’essentiel, c’est de protéger notre démocratie face aux dangers de l’autoritarisme et du populisme.

Dimanche 13, la femme de gauche que je suis votera pour le candidat de la droite républicaine pour faire barrage au Front national, pour éviter la catastrophe économique et sociale qu’il ne manquerait pas de provoquer dans notre région et pour rester fidèle à ma morale personnelle et à notre histoire collective.

C’est une question de valeurs. On ne peut dans ces circonstances s’en remettre aux autres. Tout doit être fait pour faire chuter l’extrême droite dans sa marche vers le pouvoir, dans notre région comme dans le pays.

Audrey LINKENHELD, Députée de la 2ème circonscription du Nord

RÉSULTATS DU PREMIER TOUR DES ÉLECTIONS RÉGIONALES A VILLENEUVE D’ASCQ : DIMANCHE 13 DÉCEMBRE, VOTONS POUR FAIRE BARRAGE AU FN

Communiqué de Didier Manier
Conseiller départemental de Villeneuve d’Ascq
Ancien Président du Conseil général du Nord

Dans la Région, le premier tour des élections régionales est un naufrage pour l’ensemble des partis républicains. Le FN totalise 40,64% des voix. La liste « Pour vous » conduite par Pierre de Saintignon n’arrive qu’en troisième position avec 18,12%.

Avec un mode de scrutin comme celui des élections régionales, face au FN qui réalise un score sans précédent, le retrait de la liste arrivée en troisième position est la seule réponse possible pour barrer la route à l’extrême droite au 2nd tour.

A Villeneuve d’Ascq, notre message doit être clair, net et sans ambiguïté : mobilisons-nous contre le FN en votant contre Mme Le Pen le dimanche 13 décembre au 2nd tour des élections régionales.

Les résultats de Villeneuve d’Ascq apparaissent comme une maigre consolation. La gauche résiste. Nos digues sont solides. Le FN ne gagne pas de terrain. La liste de rassemblement du PS avec Gérard Caudron arrive nettement en tête avec 33,4% des bulletins, bien devant la liste de Xavier Bertrand à 24% et celle du FN à 21,15%. Les scores s’inscrivent dans la lignée du premier tour des élections départementales du mois de mars quand nous totalisions 33,5%, la droite 24,04% et le FN 21,99% des suffrages.

Après les élections municipales et départementales, nous constatons une nouvelle fois que la division de la gauche est suicidaire.

Nous devons en tirer toutes les leçons pour les prochaines échéances.

Sur le plan national, la droite n’apparaît pas non plus véritablement en position de force.

Nous avons la confirmation du tripartisme dans notre pays. Nous passons d’une logique d’alternance à une logique de rupture au bénéfice seul du FN.

Aujourd’hui, le vote FN est le vote de toutes les colères. Prenons garde, la haine n’apporte que la haine.

Dimanche 13 décembre, faisons barrage au FN !

L’hommage scandaleux de Véronique Descamps au Président d’honneur du FN

250px-Jielbeaumadier_tertre_des_massacres_2006Dans son édition du 19 décembre 2013, La Voix du Nord rapporte que Mme Véronique Descamps a rendu « un hommage marqué » à M. Jean-Marie Le Pen lors de la visite de la Présidente du Front national.

Comment une candidate à la mairie de Villeneuve d’Ascq peut-elle saluer quelqu’un qui a réécrit et sali l’histoire de notre commune ?

En qualifiant en 2005 le massacre d’Ascq de « bavure », M. Le Pen, Président d’honneur du FN a insulté la mémoire des 86 Français assassinés par la 12ème Panzerdivision SS Hitlerjugend dans la nuit du 1er au 2 avril 1944.

Condamné définitivement par la justice pour contestation de crime contre l’humanité, M. Le Pen ne mérite aucun hommage, surtout pas dans notre ville martyre de Villeneuve d’Ascq associée dans l’horreur à celle d’Oradour-sur-Glane dans la loi éponyme de 1948.

M. Jean-Marie Le Pen n’est pas l’ami de Villeneuve d’Ascq. Un « personnage public »  comme Mme Descamps – puisque c’est ainsi que l’on qualifie désormais le détenteur d’un commerce sur la ville – devrait l’avoir compris et faire preuve de beaucoup plus de dignité dans le choix de ses hommages…

Mais le FN n’a pas changé, ses candidats non plus.

A côté de Marine Le Pen, en saluant le père, Mme Véronique Descamps a montré ce qui reste le vrai visage de la vieille extrême droite.

Chassez le naturel, il revient au galop…

Retrouvez ici la reprise du communiqué dans La Voix du Nord du 20/12/2013

Niveau propositions, on touche le f(r)ond !

marianneL’édition du 23 octobre de La Voix du Nord se fait l’écho du communiqué sur les Roms de Mme Valérie Descamps, candidate du FN à Villeneuve d’Ascq.

Pas de propositions pertinentes

Pour assurer «l’expulsion immédiate de toute personne illégalement installée dans la commune», Mme Valérie Descamps formule trois propositions :
– le recrutement d’un nombre important de policiers municipaux sans hausse d’impôts;
– la révision des effectifs de la police nationale;
– la mise en place de la vidéosurveillance.

La candidate du FN ne propose pas de mesure nouvelle: le déploiement d’un dispositif de vidéo-protection est déjà à l’étude dans notre commune de Villeneuve d’Ascq.

En matière de police municipale, la mairie a réorganisé le service dont les effectifs ont été portés à 21 agents. Si la candidate du FN souhaite augmenter le nombre de policiers municipaux à fiscalité constante, elle doit dire quels services publics seront donc sacrifiés: la petite enfance ou le CCAS ?

La sécurité est avant tout la compétence de l’Etat. Entre 2002 et 2012, 9 000 fonctionnaires de police ont été supprimés. Aujourd’hui, 1 000 postes supplémentaires sont créés chaque année dans la police, la gendarmerie et la justice. Il faut accorder du temps à leur formation avant de les retrouver effectivement sur le terrain dans la proximité.

Fermeté et humanité

Face au FN, le Parti socialiste de Villeneuve d’Ascq rappelle que la politique à l’égard des Roms doit allier fermeté et humanité.

Fermeté car les campements illégaux doivent être démantelés pour des raisons élémentaires de sécurité.

Humanité car les populations Roms se trouvent dans une grande précarité : des mesures sociales doivent accompagner les familles. C’est une question de dignité dans notre République.

Faut-il encore rappeler qu’il a fallu l’arrivée de la gauche au pouvoir pour qu’une véritable action coordonnée soit mise en œuvre ?

Bouc émissaire

A moins de six mois des municipales, certains semblent avoir déjà trouvé en la personne des Roms un bouc émissaire parfait.

Il s’agit d’une vieille ficelle de la vieille extrême droite.

Dans une interview accordée à La Voix du Nord le 16 octobre dernier, la candidate du FN avait pourtant promis qu’elle n’allait pas axer sa campagne uniquement sur les Roms… nous attendons avec impatience ses propositions sur le logement, l’éducation et le cadre de vie ainsi que sur le mieux vivre ensemble dans notre commune… évidemment !

Les militants ont désigné ce jeudi le 1er des socialistes pour les élections municipales

Vote des militants 10-10-2013Les militants socialistes ont participé ce jeudi à la désignation du premier des socialistes dans notre commune de Villeneuve d’Ascq.

Avec 98 votants, la section a pu enregistrer une mobilisation sérieuse qui donne un signe fort pour aborder la campagne des élections municipales.

A Villeneuve d’Ascq, le soutien le plus sincère a été accordé au rassemblement de la Gauche et des socialistes autour du ticket que Didier MANIER forme avec Olfa LAFORCE.

Cette unité, cette volonté d’un large rassemblement des forces de progrès sera le leitmotiv dans les semaines qui viennent. C’est cet engagement collectif qu’attendent les villeneuvois.

Pour les militants, la prochaine étape aura lieu le jeudi 21 novembre. Il s’agira alors de désigner les socialistes qui figureront sur la liste Ensemble pour Villeneuve d’Ascq 2014 autour de Gérard CAUDRON.

L’UMP villeneuvoise veut passer les rythmes scolaires à la roulette russe !

blog -eleve n est pas un rythme scolaireEn vue du prochain Conseil municipal de Villeneuve d’Ascq, Florence Bariseau du groupe d’opposition Alternatives a déposé un vœu « pour l’organisation d’un référendum local sur les rythmes scolaires ».

Rien d’inédit… Il s’agit d’une demande politicienne des sections UMP qui sont minoritaires dans leur commune. La même initiative a été prise à Tourcoing, juste avant les vacances scolaires. L’UMP villeneuvoise ne fait que du copier-coller !

L’intérêt de l’UMP locale pour l’éducation est trop soudain pour être sincère… Etrangement, Florence Bariseau n’a jamais proposé d’organiser un référendum local lorsque le Gouvernement de M. Sarkozy fermait des classes ou supprimait des postes d’enseignants dans notre commune de Villeneuve d’Ascq !

A six mois des élections municipales, proposer un référendum local ressemble à une petite manœuvre de pré-campagne. Ce n’est pas vraiment joli de se faire une publicité personnelle sur le dos des enfants villeneuvois. C’est même assez cynique !

Le sujet est sérieux. Les rythmes scolaires ne vont pas se jouer à pile ou face !

Le référendum n’a jamais été un exercice intelligent. Il vise à trancher une question simple par oui ou par non. Sur la question des rythmes scolaires, ce n’est pas de préférence personnelle dont il s’agit mais de l’intérêt supérieur de l’enfant et du respect de son rythme biologique pour favoriser sa réussite scolaire. Une question autrement plus complexe qui mérite un peu de temps de réflexion.

Pour réussir à Villeneuve d’Ascq, la réforme nécessite une véritable concertation entre les acteurs de l’école. C’est ce à quoi s’est engagée Françoise Martin, Adjointe à l’Enseignement, et c’est de cette manière que nous pourrons trouver la meilleure organisation possible dans notre commune. Mais de cela, l’UMP s’en soucie-t-elle vraiment ?

Hommage à Pierre Mauroy

Pierre Mauroy en 2011. © AFP
Pierre Mauroy en 2011.
© AFP

Pierre Mauroy s’est éteint. Ses funérailles ont lieu aujourd’hui dans sa ville de Lille. Les militants socialistes pleurent sa mémoire, dans le Nord encore plus qu’ailleurs.

On se souvient du Premier ministre de 81, des conquêtes sociales et des nouvelles libertés qui ont transformé la société française. On se souvient aussi du visionnaire, l’un des pères de la décentralisation, l’homme de projets qui a donné un nouvel élan à notre métropole et une si belle place à Villeneuve d’Ascq, décidant d’y installer le plus bel équipement sportif de la région : le Grand Stade, symbole de la fierté nordiste. On se souvient enfin de l’homme exceptionnel, son charisme, sa chaleur et son humanité qui en faisaient un géant si proche des militants et des gens ordinaires. Dans l’une de ses dernières interviews, il avait déclaré être « heureux de ma vie, de mon combat, des résultats que j’ai pu avoir, tout en me souvenant de toutes les difficultés ». Sa lucidité, ses convictions et son espoir indéfectible dans la réforme et le progrès ont marqué ses pas. Il n’y a pas de plus bel héritage pour les militants socialistes.

Sécurité, à Villeneuve comme ailleurs, un peu de constance

Dans un article posté sur son blog le 28 novembre et repris dans la presse ce jour, Florence Bariseau aborde une fois n’est pas coutume la question de l’insécurité et de la délinquance à Villeneuve d’Ascq.

Si nous partageons l’inquiétude de nombreux citoyens et d’élus concernant l’augmentation des actes de délinquance et de malveillance sur la ville, nous ne pouvons qu’être surpris de cette nouvelle interpellation de la part de l’UMP.

Dans cet article qui reprend quasiment mot pour mot un autre article paru sur le blog du groupe alternatives-va.fr en juin dernier, Florence Bariseau continue la surenchère en proposant désormais une qualification de la ville en zone de sécurité prioritaire (ZSP).

Nous regrettons que Madame Bariseau n’est pas fait autant de zèle ces cinq dernières années, alors que sous la houlette de Nicolas Sarkozy, les forces de police et de gendarmerie perdaient 4 488 postes.

Localement, cette restructuration se traduit  sur le secteur de Villeneuve d’Ascq – Mons par un passage de 122 fonctionnaires de police en 2000 à 68 aujourd’hui. Les villeneuvois ne peuvent qu’en constater les conséquences : moins de présence sur le terrain, fermeture régulière du poste de police de la Cousinerie, augmentation des temps d’intervention, octroi de certaines missions à la police municipales… Il y a même des symboles comme la perte du Commissaire il y a quelques mois, reflet d’une police qui a vu ses effectifs de Commissaires et d’Officiers baisser de 15,4% depuis 2007 (moins 2180 emplois).

Sur la sécurité, comme sur les autres sujets, il faut avoir de la constance pour être crédible.

A l’époque, nous réclamions déjà l’augmentation des effectifs du Commissariat de Villeneuve d’Ascq et le Parti socialiste interpellait Nicolas Sarkozy pour que l’Etat continue à assurer le droit à la sécurité auquel chaque citoyen a le droit.

Dès son installation, le Gouvernement Ayrault a donné des gages qui vont dans ce sens en présentant la justice et la sécurité comme ses priorités. Avec un renforcement des effectifs en 2013, le ministère de l’intérieur comptera ainsi 2300 effectifs supplémentaires par rapport à ce qui aurait été si la RGPP initiée par la droite avait continué à s’appliquer.

A l’échelle locale, les choses commencent également à bouger avec désormais un soutien renforcé du Commissariat de Lille, des patrouilles de CRS et des brigades spécialisées telles que la BAC ou les Stups.

Aujourd’hui comme hier, nous sommes sur la même ligne et resterons vigilants pour qu’à l’avenir, notre ville puisse retrouver les effectifs de police auxquels elle a le droit, sans surenchère médiatique, ni instrumentalisation des faits divers.