Archives pour l'étiquette budget

Du lourd pour l’investissement !

Le Conseil municipal a adopté un budget qui place l’investissement au cœur de nos préoccupations et qui permet de tracer des perspectives d’avenir.

Les dépenses atteindront près de 30 millions € en 2019. L’engagement de consacrer plus de 100 millions € à l’investissement au cours du mandat est tenu.

La ville s’appuie sur un recours plus important à l’emprunt grâce à une gestion saine et à des taux très attractifs. L’encours de dette atteindra ainsi 820€/hab contre plus de 1400€/hab pour les villes de la même strate.

Il s’agit pour nous de conforter la place essentielle acquise par Villeneuve d’Ascq au sein de la métropole. La prospective pluriannuelle prévoit ainsi de réaliser près de 120 millions d’euros d’investissement entre 2019 et 2022.

De la reconstruction du Centre social Centre-Ville à l’extension du Palacium, de la construction de nouvelles écoles sur le Pont de Bois et la Maillerie à la rénovation de la Rose des Vents, de la construction de l’Astropole aux investissements sur les stades Théry et Beaucamp… OUI notre ville est en mouvement !

Victor BURETTE
Président du Groupe socialiste

Manipulation !

En 2017, le Gouvernement a dénoncé l’insincérité sur la situation des comptes publics.

Cette manipulation a été montée dans un seul but : mettre en œuvre une politique de casse sociale avec la baisse des APL, la diminution de plus de 30 % des contrats aidés et la baisse des crédits d’investissement pour les collectivités.

Le voilà rattrapé par la vérité des chiffres officiels. Ainsi, le déficit du budget de l’État s’est réduit de 1,3 Mds€ en 2017 pour atteindre 67,8 Mds€. Ce déficit correspond à ce qui a été voté en 2016 et est bien inférieur aux 74,1 Mds€ prédits par l’actuel Gouvernement.

Ce bon résultat résulte des bénéfices de la relance construite sous le précédent quinquennat : la croissance économique qui était de 0 % en 2012 a dépassé les 1,8 % en 2017 ce qui s’est traduit par plus de recettes fiscales.

Tout le contraire du budget 2018 du Gouvernement Macron/Philippe qui, selon une étude de l’OFCE, contribue à renforcer les inégalités : « les 5 % de ménages les plus aisés capteraient 42 % des gains » liés aux réformes. A cet égard, la suppression de la Taxe d’habitation apparait comme de la poudre de perlimpinpin !

Victor Burette
Président du Groupe socialiste

Quel impact du budget de l’Etat sur notre ville ?

Depuis 2012, l’Etat a assaini ses déficits (avec le retour à l’équilibre de la Sécurité sociale), est allé vers une fiscalité plus juste (avec 3 baisses d’impôts consécutives pour des millions de foyers populaires) et plus simple (prélèvement à la source), à sanctuariser nos services publics et la protection sociale.

Dans le même temps, les villes ont été contraintes de participer à cet effort.

Conformément aux engagements, la contribution au redressement des finances publiques pour les villes et les intercommunalités est divisée par deux en 2017 (de 2,06 à 1,03 milliards €).

Deuxième axe, la solidarité des territoires : la péréquation est renforcée à avec une hausse de 180 millions € de la dotation de solidarité urbaine et de 50 millions € pour la politique de la ville.

Troisième axe, sanctuariser l’investissement : Le fonds de soutien à l’investissement local – créé l’an dernier – atteindra 1,2 milliards € en 2017, soit une hausse de 200 millions €.

Alors que Villeneuve d’Ascq s’apprête à débattre de son budget pour 2017, ces nouvelles sont bienvenues.

Victor Burette
Conseiller municipal – Président du Groupe Socialiste

Europe : changer de politique pour sortir de la crise !

223007625_7La Commission européenne vient de publier des chiffres accablants. 26,2 millions de personnes sont au chômage. 23,6 % des jeunes européens ne trouvent pas d’emploi. Près d’un ménage à bas revenus sur quatre est en situation de détresse financière. Quant au PIB de l’Union européenne, il était en recul de 0,5% au quatrième trimestre 2012. C’est le décrochage le plus important enregistré depuis le début de l’année 2009.

Le contexte économique et social ébranle la construction européenne. Sur le plan politique, l’Europe est également en grande fragilité avec la montée des candidats populistes et des partis d’extrême droite.

Les conservateurs ont réussi un vrai tour de force : faire détester l’Europe aux Européens, la rendre impopulaire, responsable des politiques d’austérité qu’ils ont eux-mêmes choisi d’imposer.

Dans cette crise majeure se joue l’avenir de l’Europe.

Dès son élection, François Hollande a engagé un bras de fer pour réorienter la construction européenne dans un Conseil européen largement dominé par les chefs d’Etat conservateurs et souvent eurosceptiques.

parlement_europeen_hemicycleTout récemment, le Parlement européen a lui-aussi fait entendre une voix discordante en rejetant le budget européen calamiteux, négocié entre les dirigeants nationaux et dénué de toute ambition. C’est un bon point qui change la donne. Une nouvelle alternative politique, économique et sociale est peut-être en train d’éclore.

D’autres batailles seront nécessaires pour remettre la croissance et l’emploi au cœur de la construction européenne. C’est un combat de longue haleine pour les socialistes.