Archives pour l'étiquette environnement

Favoriser la nature en ville !

La canicule de cet été rappelle la nécessité d’intensifier les politiques de végétalisation qui permettent de préserver la biodiversité, d’améliorer la qualité de vie et la santé.

La végétalisation et la plantation d’arbres permettent d’améliorer notre confort thermique en réduisant les îlots de chaleur et de réaliser des économies en chauffage l’hiver ou en climatisation l’été. La végétation a aussi un effet positif sur la qualité de l’air, car elle filtre et capture une partie des particules en suspension. En matière de gestion des eaux pluviales, elle réduisent la pollution et l’engorgement des canalisations.

Villeneuve d’Ascq, « ville verte », se préoccupe depuis longtemps de ces problématiques et peut se prévaloir des nombreux parcs, d’espaces verts et d’un attachement profond aux principes du développement durable.

L’enjeu pour l’avenir est de continuer d’inscrire la nature en ville au cœur notre action : lutter contre l’artificialisation des sols mais également veiller à ce que la nature prenne toute sa place dans les quartiers plus minéraux et les opérations de renouvellement urbain.

Victor BURETTE
Président du Groupe socialiste

COP 21, l’affaire de tous les citoyens !

A partir du 30 novembre, la France va accueillir la 21ème Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. C’est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C.

La France va jouer un rôle de premier ordre, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d’un consensus au sein des Nations Unies et de l’Union européenne.

Le changement climatique, c’est certainement l’un des plus grands défis auxquels l’humanité est confrontée. Un seul cap existe, celui de la transition vers un modèle de développement plus responsable, plus durable.

C’est bien dans nos territoires, que ce modèle doit être expérimenté. C’est là que nous devons répondre aux questions nouvelles posées par les déplacements, le logement, la gestion des déchets, la production et la distribution de l’eau potable, l’étalement urbain et les ségrégations sociales et spatiales qu’ils entrainent.

Villeneuve d’Ascq est une commune pionnière dans ce domaine. La préoccupation environnementale et l’innovation sont dans son ADN. Cela passe par l’Agenda 21, des opérations de sensibilisation comme « Famille à énergie positive », les économies d’énergie, le respect de la biodiversité dans l’entretien des espaces verts, une politique d’achats éthiques et responsables…

Mais nous le savons tous : la lutte contre le changement climatique, les pouvoirs publics ne pourront pas la mener seuls. Elle nécessite une transformation profonde des comportements de chacun. Elle induit la participation et l’implication de tous, entreprises, associations ou citoyens. C’est à un nouveau projet de société auquel nous participons, une prospérité sobre et maitrisée.

Victor BURETTE, Président du Groupe socialiste

Cap sur la transition énergétique !

transition-energetiqueEngagement phare de François Hollande qui souhaite « faire de la France la nation de l’excellence environnementale », la transition énergétique est aujourd’hui en discussion. Elle fait notamment l’objet d’une concertation citoyenne innovante.

Après les réunions de travail en présence de chercheurs, d’acteurs de l’environnement, et d’industriels, le débat a quitté les salles feutrées du ministère pour associer directement des citoyens. Le 25 mai dernier, 1 500 participants préalablement tirés au sort ont ainsi pu s’exprimer et se positionner sur la transition énergétique… du jamais vu !

Cette démarche de démocratie participative est inédite. Elle permet de décloisonner le débat et s’affranchir du seul regard des experts pour mieux appréhender les enjeux citoyens qui touchent à la transition énergétique.

Le résultat de la concertation est riche d’enseignements.

Pour la majorité des participants (66, 5%), la transition énergétique représente une véritable chance de s’engager dans un modèle de société plus sobre et plus respectueux de l’environnement avant d’être un levier économique créateur d’emplois ou d’être une urgence face aux dérèglements climatiques. La protection de l’environnement est l’une des toutes premières motivations. Il faut noter à cet égard que 45, 75% des personnes du panel se disent prêtes à réduire leurs déplacements pour moins polluer.

L’enquête fait encore savoir que les freins à la transition énergétique, pour les citoyens, seraient principalement financiers (39%). Réponse prévisible, les nouvelles technologies dédiées à l’environnement – comme les panneaux photovoltaïques par exemple – restent assez onéreuses.

A la question de « qui doit assumer la responsabilité de la transition énergétique », les participants du débat répondent à une très grande majorité l’Etat (58%). C’est le Gouvernement qui devra faire preuve de volontarisme sur le sujet bien avant les industriels, les collectivités ou les simples particuliers.

En outre, sur la question du nucléaire et des énergies renouvelables, les citoyens consultés (50% d’entre eux) demandent en priorité le lancement d’un grand plan de Recherche & Développement national et européen pour développer de nouvelles filières.

Dernier élément très optimiste, la concertation a démontré que la transition énergétique faisait largement consensus. Les trois-quarts des participants pensent ainsi qu’elle aura des effets positifs profitables à l’ensemble de la société française.

Cet exercice de démocratie participative – « sans précédent » selon les mots de la ministre Delphine Batho – ne va pas rester lettre morte. Les contributions des 1 500 citoyens vont maintenant être traitées pour alimenter la préparation du projet de loi sur la programmation énergétique présenté à l’automne.

Les priorités sont déjà fixées. La France doit notamment réduire sa dépendance aux énergies fossiles et développer de nouvelles énergies plus propres et plus économes des ressources de la planète alors que la précarité énergétique touche un nombre croissant de ménages.

La société est prête à bouger. Les mentalités ont évolué. L’environnement est devenu une priorité aux yeux des Français comme l’a révélé la concertation citoyenne. A présent, le volontarisme et les réponses politiques doivent être vraiment à la hauteur !