Archives pour l'étiquette Mariam Dedeken

Les étudiants : les autres oubliés de la crise !

Expression du groupe socialiste parue dans le magazine municipal La Tribune de février 2021.

Les étudiants ont été l’objet de stéréotypes et complétement négligés depuis le début de la crise sanitaire. Parfois montrés du doigt ou accusés d’irresponsabilité, leur détresse a été délaissée sur le plan national.

Les étudiants ne peuvent plus demeurer dans l’angle mort des pouvoirs publics. L’actualité a tristement mis en exergue leur détresse et leur précarité.

À Villeneuve d’Ascq, notre sens de la solidarité a fait ses preuves envers tous les villeneuvois sans aucune distinction. Les étudiants ont pu bénéficier des services d’aide proposés par nos associations et soutenues par la ville.

Depuis le début de la crise sanitaire des associations de solidarité telles que Ascq in Love, le Secours Populaire et les Restos du Cœur ainsi que des entreprises ont mis en place des distributions d’aide alimentaire gratuites pour tous les étudiants.

Au-delà, et pour que la solidarité ne soit pas un vain mot, le Gouvernement doit prendre des mesures fortes pour sortir les nombreux étudiants en situation de précarité, rompre l’isolement et accompagner ceux en situation de détresse.

Mariam Dedeken, pour le groupe socialiste

Rassemblés autour de la liste « Villeneuve en Tête » conduite par Gérard Caudron !

Depuis 2017, nous sommes face à un paysage politique éclaté, morcelé. Les politiques conduites par le Président de la République et le Gouvernement actuel contribuent à abimer notre pacte social et à diviser les Français. Nous le constatons bien avec la réforme du système de retraites et les mobilisations en cours.

Nous avons la conviction profonde que dans ce contexte national particulier, ce sont les territoires et en particulier les communes qui jouent le rôle de bouclier pour nos concitoyens. Ce sont les communes qui permettent d’agir au plus près du terrain pour apaiser la société, réduire les inégalités et faire vivre les solidarités.

De la même manière, nous avons la conviction que ce sont les territoires et les villes qui par leurs compétences et leur rôle d’animateur du territoire peuvent faire face à l’urgence écologique et relever le défi de la nécessaire transition écologique.

C’est pourquoi, il nous a semblé que notre responsabilité était de s’inscrire dans le rassemblement de la gauche. C’est ce qu’a souhaité faire Didier Manier dès sa désignation comme « Premier des socialistes » en octobre dernier.

En parallèle, les majorités de droite et En Marche au sein du Département du Nord et de la Région Hauts-de-France ont montré comment depuis 2015 elles pouvaient reléguer les solidarités et l’écologie au second plan. Nous ne pouvons pas nous permettre de prendre le risque d’engager Villeneuve d’Ascq sur cette voie.

Le cas roubaisien nous a d’ailleurs montré lors des élections municipales de 2014 combien les rivalités personnelles et la division du camp de la gauche pouvaient être mortifères. De ces situations politiques très concrètes, nous en tirons un certain nombre de leçons pour l’avenir.

Gérard Caudron étant candidat à sa succession, nous avons engagé un dialogue exigeant et constructif sur l’avenir de notre ville. Aujourd’hui, il nous apparaît le mieux à même de rassembler les forces de gauche, de l’écologie et du progrès.

C’est dans cet esprit que les militants villeneuvois ont désigné 7 candidats pour intégrer la liste Villeneuve en Tête conduite par Gérard Caudron : Didier Manier, Nathalie Fauquet, Victor Burette, Mariam Dedeken, Jean-Luc Bruyère, Leila Uyttebroeck et Fabrice Danon.

Enfin, le Parti socialiste est une composante de la majorité municipale depuis 2014 aux côtés de Rassemblement Citoyen. Nous partageons un bilan que nous jugeons très positif et qui a permis de consolider ce qui fait le modèle villeneuvois avec :

la préservation d’un tissu associatif très important qui touche à la culture, au sport, à la jeunesse et aux solidarités. Ce tissu associatif participe à la qualité de vie qui est reconnue par tous sur notre ville.

le maintien d’un haut niveau de service public et même son renforcement avec la Police municipale, la municipalisation du Musée du terroir ou du Mémorial d’Ascq ou bien encore la création d’un service et d’une Maison des ainés à Annappes.

un niveau d’investissement important qui a permis de conduire le renouvellement de la ville nouvelle avec plus de 100 millions d’euros au cours du mandat et au moins autant au cours des trois prochaines années.

la prise en compte très tôt de l’impératif écologique et de l’absolue nécessité de préserver notre patrimoine naturel.

enfin, le respect de l’engagement pris en 2014 devant les villeneuvois de ne pas augmenter la fiscalité locale.

La préservation de ce modèle villeneuvois est une construction de tous les instants et ne constitue pas un acquis définitif.

Pour autant, nous avons considéré très tôt que pour être crédible, ce rassemblement devait s’appuyer sur un projet ambitieux qui permette la consolidation du modèle villeneuvois mais également d’inventer l’action publique de demain.

C’est pourquoi, nous nous sommes engagés dès la fin de l’année 2018 sur le terrain des idées en impulsant l’initiative « Paroles Citoyennes » pour recueillir les témoignages et propositions de nombreux villeneuvois.

Ce travail exigeant et de longue haleine s’est appuyé sur de nombreuses rencontres, notre présence sur les réseaux sociaux ou bien encore la réalisation d’une vingtaine de capsules vidéos. C’est ce travail qui nous a permis d’apporter nos contributions pour la construction du projet 2020 – 2026 pour Villeneuve d’Ascq.

Cette Contribution rassemble 53 propositions détaillées et argumentées qui mettent l’accent sur l’accélération de la transition écologique, le renforcement de la participation citoyenne, une action confortée en matière de santé publique et environnementale, l’accompagnement des villeneuvois les plus fragiles et l’attractivité de notre territoire.

À Villeneuve-d’Ascq, le PS repart «naturellement» avec Gérard Caudron ! Retrouvez ici l’article paru dans La Voix du Nord le 21 janvier 2020