Archives pour l'étiquette santé

Vaccination : l’engagement total de la Ville !

Expression du groupe socialiste au Conseil municipal de Villeneuve d’Ascq parue dans le magazine La Tribune d’Avril 2021.

Face à la crise sanitaire, la clé réside dans la vaccination du plus grand nombre.

Si la campagne vaccinale a pris un du retard, la réussite de sa montée en puissance au cours des prochaines semaines tient dans la capacité de tous les acteurs à travailler ensemble et surtout à anticiper ce futur déploiement plus massif.

2 centres de vaccination sont ouverts à Villeneuve d’Ascq à l’Hôpital privé de Villeneuve d’Ascq (HPVA) et à l’Espace Concorde en partenariat avec la Communauté des professionnels territoriales de santé (CPTS) de la Marque.

La Ville s’est positionnée dès le mois de janvier comme un facilitateur entre les différents acteurs mobilisant des moyens logistiques, des moyens humains et ses réseaux :

– Mise à disposition et aménagement de l’Espace Concorde avec 12 box
– Plateforme téléphonique de la ville pour traiter plus de 500 appels / jour
– Aide au transport des personnes ne pouvant se déplacer sur leur lieu de vaccination en lien avec la Fédération française des sauveteurs secouristes

Les Villeneuvois peuvent compter sur la force du service public et de ses agents !

Victor Burette, pour le groupe socialiste

Appel à soutenir les maires dans leur combat contre les pesticides !

A Villeneuve d’Ascq, comme partout en France, le Parti socialiste salue l’engagement des maires qui ont pris la décision d’interdire l’usage des pesticides sur le territoire de leur commune.

A Langouët, Perray-en-Yvelines, Château-Thierry, Ruelle-sur-Touvre, Gennevilliers, Sceaux, Audincourt, Parempuyre, dans une vingtaine de communes déjà, des maires ont pris la décision d’interdire le glyphosate dans l’agriculture car, analyses à l’appui, ils ont pris la mesure des risques encourus pour la santé des habitants.

Au cœur d’une controverse scientifique sur la dangerosité de cette molécule, ils ont décidé tout simplement d’appliquer le principe de précaution pour protéger leur population.

Nous soutenons ces maires qui refusent la non assistance à population en danger, en défendant la santé des gens avant les profits des grandes industries de l’agro-business.

Nous soutenons ces maires qui veulent garantir notre sécurité alimentaire en refusant de pratiquer « en même temps » la culture des sols pour se nourrir et la pollution de ces mêmes sols au risque d’en mourir.

Nous soutenons ces maires qui concilient dans leur action au quotidien exigence sociale, précaution sanitaire et impératif écologique. Les mettre en cause au nom de la loi n’est pas être à la hauteur. Il est déjà arrivé dans l’Histoire que la loi ait besoin pour évoluer d’un aiguillon civique.

Voilà pourquoi nous appelons à amplifier ce mouvement qui n’est pas contre les agriculteurs, mais qui les invite à participer avec nous au combat pour une agriculture et une alimentation qui ne soient pas dominées par les intérêts financiers de quelques-uns mais par un souci d’agronomie, d’économie territoriale , d’emploi, de qualité et qui préservent et renforcent la santé de nos concitoyens et celle des générations futures.

SIGNER L’APPEL A SOUTENIR LES MAIRES

A Villeneuve d’Ascq et sur la Métropole Européenne de Lille…

Nous saluons l’interdiction du glyphosate par le Maire de Villeneuve d’Ascq, Gérard Caudron. C’est une mesure symbolique qui va dans le sens des propositions déjà formulées sur la plateforme « Paroles Citoyennes Villeneuve d’Ascq 2020 » pour encourager une agriculture urbaine plus qualitative et pour faire de Villeneuve d’Ascq un territoire zéro perturbateurs endocriniens !

La Métropole Européenne de Lille doit maintenant accélérer la mise en place de baux environnementaux et encourager les conversions au bio. Sur Villeneuve d’Ascqq, près de 250 hectares pourraient être concernés.

Cela représente également une opportunité pour accélérer la production de nourriture bio et locale afin d’alimenter les cantines des communes de la MEL. Pourquoi ne pas envisager également une exonération de cotisation foncière des entreprises agricoles concernées afin de les aider à se convertir au bio ?